Signature d'un accord entre la Chine et le Maroc

La convention relative au Plan de mise en œuvre conjoint de la Ceinture et la Route entre le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine a été signée ce mercredi lors d'une cérémonie organisée par visioconférence.

Il a été signé par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, et le vice-président de la Commission nationale chinoise pour la réforme et le développement (NDRC), Ning Jizhe.

Cette Convention vise à favoriser l'accès aux financements chinois apportés par l'Initiative la Ceinture et la Route (BRI) pour la réalisation de projets d'envergure au Maroc ou pour la facilitation des échanges, la constitution de joint-ventures dans divers domaines (parcs industriels, énergie, dont les énergies renouvelables).

Il est également lié à la coopération en Recherche et Développement (technologie, énergie, agriculture, etc.), à la coopération technologique et technique, ainsi qu'à la formation professionnelle.

Le gouvernement chinois s'engage, en vertu de cet accord, à encourager les grandes entreprises chinoises à s'implanter et/ou à investir sur le territoire marocain (industrie automobile, aéronautique, haute technologie et commerce électronique, industrie agricole et textile...).

Lancée en 2013 par le président Xi Jinping, sous le nom « One Belt, One Road », l'Initiative Belt and Road (BRI) est un ensemble de liaisons maritimes et ferroviaires entre la Chine et les pays adhérents.

Son ambition est de promouvoir de nouvelles opportunités de coopération entre la Chine et les 140 pays qui l'ont rejointe. Il est basé sur le dialogue, le partenariat, l'apprentissage mutuel et l'inspiration plutôt que sur la confrontation et l'alignement.

Depuis son lancement, le Maroc a été le premier pays d'Afrique à rejoindre l'initiative « La Ceinture et la Route ».

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Mexique : Tout est prêt ! Profitez de la Fête des Baies 2024 à Zacatlán,...
L’avenir de l’agriculture au Pérou dépend du soin des abeilles : ce...
« Dans la crise péruvienne, et maintenant au Mexique, 80 % sont une conséquence de la gestion...