Adex : la Chine achète aujourd'hui 4 fois plus de myrtilles péruviennes qu'il y a un an

Gremio a souligné que notre pays était devenu le premier fournisseur mondial de myrtilles en 2021, concentrant 25,1 % de l'offre totale. Raisins, avocats, asperges et mangues complètent le quintette des exportations péruviennes.

Le responsable du conseil et des projets du Centre de recherche sur l'économie et les entreprises mondiales (CIEN) ADEX, Lizbeth Pumasunco, a souligné que le Pérou s'est consolidé comme premier fournisseur mondial de myrtilles en 2021, concentrant 25,1 % du total et ayant les États-Unis comme principale destination. La preuve en est qu'aujourd'hui la Chine consomme quatre fois plus de myrtilles péruviennes que l'année dernière.

Selon le système ADEX Data Trade Commercial Intelligence, cette baie s'est classée l'an dernier au deuxième rang du classement de l'offre agro-exportable non traditionnelle, après le raisin frais et devant les avocats, les asperges, les mangues, les préparations utilisées pour l'alimentation des animaux et les agrumes.

« Dans le monde, la consommation de produits frais contenant des nutriments qui renforcent la santé est prioritaire, et les myrtilles correspondent à ces caractéristiques. Bien que la demande continuera d'augmenter, il est important de prendre en compte plusieurs éléments qui contribueront à renforcer notre position de principal exportateur mondial », a-t-il déclaré.

L'un d'eux est l'offre excédentaire, non seulement au Pérou, mais dans d'autres pays producteurs, qui pourrait faire baisser les prix. Un deuxième élément est constitué par les caractéristiques organoleptiques de la myrtille.

« D'autres sont la formation des producteurs ; promouvoir les bonnes pratiques agricoles afin de garantir leur sécurité et d'augmenter leur productivité ; et identifier davantage d'acheteurs internationaux. Notre syndicat a organisé l'Expoalimentaria en septembre dernier et le bleuet était l'un des produits les plus recherchés », se souvient-il.

À son tour, le développeur commercial pour l'Amérique du Sud de Somerfield Farms aux États-Unis, Eder Ríos, a déclaré que les acheteurs apprécient la taille (calibre) de la baie. "S'il fait plus de 18 millimètres, il entre dans la présentation jumbo, et s'il fait plus de 20 millimètres, superjumbo. Ce sont les deux qui génèrent les meilleurs rendements », a-t-il expliqué.

D'autres qualités sont la fermeté de la myrtille, car il faut tenir compte du temps de transfert et de ce qu'il faudrait pour atteindre le consommateur final. Selon la destination, poursuit-il, un fruit plus ferme sera toujours plus apprécié qu'un fruit moelleux.

« La pruine (également connue sous le nom de pruina) est également prise en compte, un revêtement blanc caractéristique qui protège la myrtille des agents biologiques ou naturels ; le degré brix (douceur) et l'acidité, dont le niveau doit être optimal non seulement pour éviter la reproduction d'agents pathogènes, mais aussi pour que sa consommation soit agréable », a-t-il expliqué.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

L'industrie péruvienne du bleuet se rétablit et prend soin de ses récoltes
«Si on y prête suffisamment attention, les mûres ont certainement du pouvoir...
Agrícola Cayaltí s'engage pour les myrtilles à Lambayeque : quel est son...