Tiaan Rossouw de Rainbow Superfood

Les producteurs sud-africains se regroupent après la crise des myrtilles de l'année dernière

Il ne reste que quelques mois avant le début de la nouvelle récolte de myrtilles et les agriculteurs sud-africains se regroupent et étudient de nouvelles stratégies. Le directeur général de Rainbow Superfood, Tiaan Rossouw, se dit agréablement surpris par ce qu'il entend dans un secteur qui, selon lui, a « touché le fond » l'année dernière.

«Partout, les producteurs envisagent de réduire les coûts et de rompre avec les schémas préconçus. En fait, c’est une période intéressante où des choses positives émergent d’une période difficile. "Nous apprenons constamment et, sans aucun doute, la saison prochaine, nous serons très concentrés sur la performance."

Peu de producteurs de bleuets ont quitté le secteur, mais comme le dit Tiaan, il y a un sentiment de recommencer à zéro, avec des investissements d'accompagnement pour le renouvellement et l'expansion.

«Je vois beaucoup d'évolution vers une nouvelle génétique. Les producteurs qui investiront tôt dans une meilleure génétique seront ceux qui sont durables", souligne-t-il. "La génétique est très importante, bien plus que par le passé, compte tenu de l'offre excédentaire mondiale."

PHOTOGRAPHIE ARC-EN-CIEL

Cela indique qu'il existe désormais un large assortiment de myrtilles disponibles dans le pays : tout dépend du rendement, de la taille et de la bonne qualité gustative, ainsi que d'une texture croquante, bien qu'il soit difficile pour une seule variété de répondre à toutes ces caractéristiques.

«Ce qui se passe, c'est que plus baie, plus il est doux. C'est un équilibre très délicat qui doit être maintenu entre jusqu'où nous pouvons étendre le spectre des tailles d'une variété et à quel point de ce spectre une variété est optimale. Combinez des variétés avec une bonne durée de conservation et fermeté avec des variétés de baies plus grand vous permet de bien servir l’ensemble de votre marché.

Les producteurs de myrtilles choisissent de plus en plus de prendre en charge la commercialisation de leurs myrtilles afin d'avoir plus leur mot à dire dans les décisions qu'il n'est possible dans les structures rigides des clubs d'exportation qui prévalaient dans les premières années de l'industrie sud-africaine des myrtilles. .

"Les producteurs me disent que la différence entre les prix qu'ils obtiennent via un agent de leur choix et via les clubs est astronomique."

La Thaïlande interdit l'entrée des myrtilles

Pour l'instant, la demande en Europe est clairement trop faible, souligne-t-il, mais la baisse des coûts d'expédition pourrait stimuler ce marché.

Le besoin extrême de main-d'œuvre dans l'emballage des myrtilles explique pourquoi l'Europe reste un marché si important pour les myrtilles sud-africaines.

«Il faut soulager la pression en fournissant des fruits en vrac. Si l’on regarde la quantité de travail nécessaire pour emballer les myrtilles dans des pots de 250 grammes, on constate qu’il n’est tout simplement pas possible de tout emballer dans des pots. Il est donc nécessaire de donner un débouché à ces volumes importants et, aujourd'hui, l'Europe est le seul marché suffisamment grand pour les absorber.

Tiaan poursuit : « Hong Kong, Singapour et la Malaisie sont de très bons marchés, mais ils sont petits, et cela n'aide pas que tout le monde y livre ses produits. "Nous avons effectué des expéditions au Vietnam et en Indonésie, des marchés que nous pourrions continuer à développer."

PHOTOGRAPHIE ARC-EN-CIEL

La Chine n'a pas encore ouvert ses portes aux myrtilles sud-africaines, et la fermeture généralisée du marché thaïlandais à toutes les importations de myrtilles (sans raison donnée) est une honte, regrette-t-il.

«Je dois dire que l'Afrique montre plus d'intérêt que jamais, notamment en Angola, au Nigeria et au Zimbabwe. "Il se peut que les myrtilles soient devenues plus abordables et plus accessibles", réfléchit-il, ajoutant que les exportateurs sud-africains de myrtilles doivent désormais enquêter sur tous les marchés vers lesquels ils ne livrent pas encore.

Tiaan dit qu'il fait confiance au leadership de BerriesZA. «L'organisation s'efforce de résoudre les problèmes logistiques et recherche des stratégies pour sortir le secteur sud-africain de la crise. "La saison dernière, l'industrie de transformation a cessé d'accepter les myrtilles et, dans des cas extrêmes, les fruits se sont retrouvés dans les fossés des entrepôts de conditionnement."

Cette année, souligne-t-il, les producteurs ont bon espoir que ce sera une meilleure saison et que de bonnes relations avec les acheteurs seront la clé de la survie.

source
Fresh Plaza

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Mexique : Tout est prêt ! Profitez de la Fête des Baies 2024 à Zacatlán,...
L’avenir de l’agriculture au Pérou dépend du soin des abeilles : ce...
« Dans la crise péruvienne, et maintenant au Mexique, 80 % sont une conséquence de la gestion...