Référence des tarifs du transport routier européen de marchandises au deuxième trimestre 2022

Les prix du transport routier européen battent de nouveaux records

L'inflation, l'affaiblissement de la demande, l'instabilité sociale et la guerre en Ukraine provoquent une évolution tumultueuse des prix du fret routier, révèle un rapport Ti / Upply / IRU Taux de référence du fret routier pour le deuxième trimestre 2022. Pour la première fois, cette édition propose une analyse séparée de l'évolution des taux spot et contractuels.

  • L'indice européen des tarifs de fret routier contractuel atteint un niveau record de 121 points au deuxième trimestre 2022, ce qui représente une augmentation de 6,1 points en glissement trimestriel et de 13,1 points en glissement annuel.
  • L'indice européen des taux spot du fret routier a également atteint un niveau record de 134 points, en hausse de 11,8 points par rapport au premier trimestre 2022 et de 20,1 points par rapport au deuxième trimestre 2021.
  • L'inflation augmente dans tous les pays européens et a atteint en juin un record historique de 8,6 % dans la zone euro, pesant sur les coûts et la demande.
  • Bien que les prix du gazole aient varié selon les pays, en juillet ils sont restés élevés et sont supérieurs de 69 % au niveau de janvier.

El rapport Référentiel européen des taux de fret routier, produit par Transport Intelligence, Upply et IRU, analyse trimestriellement les prix du transport routier de marchandises en Europe et les perspectives du marché, afin d'éclairer les décisions des expéditeurs, des prestataires de transport et des transporteurs.

Pour la première fois depuis la création du rapport, Ti, Upply et IRU sont en mesure de proposer une analyse différenciée des taux spot et contractuel dans cette édition couvrant le deuxième trimestre 2022.

  • Guerre en Ukraine : Après l'invasion de l'Ukraine en mars, le prix du diesel avant taxes dans l'UE-27 a grimpé de 69 % par rapport à son niveau de janvier.
  • Affaiblissement de la demande : plusieurs indicateurs indiquent un affaiblissement de la demande de transport routier de marchandises en Europe, avec une baisse de l'activité dans les principales économies et des taux d'inflation pesant sur la confiance des consommateurs et des entreprises.
  • Hausse de l'inflation : L'inflation est en hausse dans tous les pays européens et a atteint un plus haut historique de 8,6 % dans la zone euro en juin. Selon les dernières données, l'Espagne est le pays qui connaît la plus forte hausse, avec une hausse des prix de +10,2%, supérieure aux autres grandes économies européennes : Allemagne (7,9%), France (5,8%), Italie (8% ) et le Royaume-Uni (9,1%).
  • Pénurie de chauffeurs : La pénurie touche tout le continent européen. L'Allemagne est dans une situation particulièrement critique, avec une pénurie estimée entre 50.000 80.000 et 24 XNUMX chauffeurs routiers. Les travailleurs migrants représentent XNUMX % de la main-d'œuvre des chauffeurs allemands et la perte de ressortissants ukrainiens revenant défendre leur pays a encore restreint l'offre de chauffeurs en Allemagne.
  • France/Espagne : Dans ce corridor, il y a eu des augmentations très importantes des taux spot. En particulier, la hausse atteint 21,2 % en rythme trimestriel dans le sens Paris-Madrid. C'est presque le double de l'augmentation moyenne des taux au comptant européens et c'est également la deuxième augmentation la plus importante de tous les taux au comptant européens.
  • Allemagne/Pologne : tous les taux, à l'exception des taux au comptant de Duisbourg à Varsovie, ont atteint de nouveaux sommets historiques sur cette route après avoir suivi une tendance à la hausse depuis le début de la pandémie. Contrairement à la relation constatée sur la plupart des liaisons européennes, les tarifs au comptant sur cette liaison ont augmenté plus lentement que les tarifs contractuels. La demande a notamment été affectée par l'affaiblissement du secteur en Allemagne et en Pologne. L'instabilité créée par le conflit en Ukraine est particulièrement notable dans cette partie de l'Europe et affecte également l'évolution des perspectives industrielles.
  • France/Grande-Bretagne : Après la Débats sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, les opérations de transport entre la France et la Grande-Bretagne sont devenues plus coûteuses et allongées. Des chercheurs de la London School of Economics (LSE) ont constaté que si les exportations se sont largement redressées, les importations britanniques en provenance de l'UE ont chuté de 25 % par rapport aux autres destinations. De plus, la variété des biens échangés a chuté de 30 %. Les biens de faible valeur ont été les plus touchés par l'augmentation des frais administratifs.

Thomas Larrieu, PDG d'Upply, commente : « Le ralentissement de la demande européenne devrait endiguer la pression à la hausse sur les tarifs de fret routier. D'autre part, les transporteurs continuent de faire face à des augmentations de coûts importantes (carburant, main-d'œuvre, etc.), de sorte que les tarifs devraient rester élevés dans les mois à venir."

Nathaniel Donaldson, analyste économique chez Ti, déclare : « L'effet de la hausse des coûts en 2022 est désormais très apparent, les taux de fret routier sur le continent européen atteignant de nouveaux sommets historiques. Les hausses initiales des prix du carburant après l'invasion de l'Ukraine ont résisté et ont créé un environnement beaucoup plus coûteux pour les transporteurs routiers européens, tandis que l'action revendicative et l'aggravation de la pénurie de chauffeurs maintiennent la capacité tendue. Une série d'indicateurs indiquent un ralentissement drastique de la consommation et de la production, ce qui facilitera de nouvelles augmentations alors que les coûts élevés maintiennent les taux élevés.

Vincent Erard, directeur des services aux entreprises à l'IRU ajoute : « La pénurie de chauffeurs est l'un des plus grands défis auxquels est confrontée l'industrie du transport routier à l'heure actuelle, et ses effets sont susceptibles d'augmenter dans un avenir proche et de continuer à avoir un impact sur les prix des transports. La répartition par âge des conducteurs donne déjà une idée de ce qui nous attend puisque 34% des conducteurs ont plus de 55 ans en Europe et les jeunes de moins de 25 ans ne représentent que 7%. Cette tendance sera exacerbée si les conducteurs âgés continuent de prendre leur retraite, certains d'entre eux plus tôt que prévu, comme cela s'est produit lors de la pandémie de COVID-19, réduisant encore le bassin de conducteurs disponibles. Toutes les actions et initiatives visant à améliorer l'attractivité du métier de conducteur et à lever les barrières à l'accès au métier (coût de la formation, âge minimum) seront déterminantes sur le long terme.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La crise agroalimentaire s'aggrave après sept mois de guerre en...

Family Farms importera 405.000 XNUMX plants de bleuets du Chili par voie terrestre

Chiffres de la myrtille sur le marché américain