Camposol parie sur sa propre génétique, la nouvelle variété de myrtille derrière elle

Le péruvien Camposol cherche à élargir son portefeuille avec une nouvelle variété de myrtilles ; Ceci, accompagné d'un programme de croisement génétique qui génère chaque année de nouveaux types d'origine péruvienne.

Camposol ambitionne de continuer à renforcer son offre en produits agro-exportables ; plus précisément, dans les myrtilles. Ainsi, la multinationale présente également en Uruguay, au Chili, en Colombie et au Mexique se prépare à élargir son portefeuille avec de nouvelles variétés dans ses champs péruviens.

Le directeur général de l'entreprise, José Antonio Gómez-Bazán, a souligné que le remplacement variétal des myrtilles avait commencé. Il a ainsi expliqué qu'ils disposent d'un programme de croisement génétique qui génère chaque année de nouvelles variétés d'origine péruvienne.

« Nous avons une grande confiance dans notre propre programme génétique que nous développons depuis huit ans. "Nous avons progressé avec notre propre génétique péruvienne 'La Chola', qui s'adapte très bien aux conditions climatiques et nous pensons que c'est le meilleur pari de Camposol pour les myrtilles", a-t-il déclaré.

L'exécutif a précisé qu'il y a actuellement 50 hectares plantés avec la nouvelle variété 'La Chola', alors que cette année on cherche à installer 250 hectares supplémentaires. Concernant le rendement, Gómez-Bazán a souligné que cette variété dépasse les 25 tonnes par hectare et que son calibre (taille) est le double de celui de la variété Biloxi, et que son coût de récolte diminue considérablement.

Le développement de Biloxi

Gómez-Bazán a indiqué que l'année dernière, en raison de la présence du Niño Costero et de ses températures élevées, le bon comportement de Biloxi dans son adaptation à ce climat était évident. Ainsi, Camposol a choisi de continuer à planter ce type de bleuet. "Sur la base de cette variété et de cette adaptabilité au changement climatique, de nouvelles génétiques ont été développées", a-t-il ajouté.

José Antonio Gómez Bazán – PDG de Camposol

En ce sens, Camposol vise à installer davantage d'hectares de myrtilles de la nouvelle variété « La Chola », afin d'augmenter le volume de production. Ces cultures sont prévues dans la zone de Chavimochic, qui présente les conditions nécessaires au développement de cette culture. "Maintenant, avec l'agrandissement de Chavimochic, cela nous permet d'avoir accès à plus de zones que nous avons, mais qui n'avaient pas d'eau auparavant, ce qui nous permettra d'élargir la surface des bleuets", a-t-il conclu.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

L'industrie péruvienne du bleuet se rétablit et prend soin de ses récoltes
«Si on y prête suffisamment attention, les mûres ont certainement du pouvoir...
Agrícola Cayaltí s'engage pour les myrtilles à Lambayeque : quel est son...